Les sons particuliers
Les diphtongues et consonnes ne seront pas systématiquement traitées. 
Elles le seront si le son en question présente une difficulté particulière. 
C'est pour cette raison que ce chapitre est intitulé "Les sons particuliers". 
Les sons traités sont les suivants : en, ùi, ky, ng, gn, h, w, y.

1 - Le son en

jaden (jardin) - chaben (nègre au teint très clair) 
        Le son "en" se retrouve en créole dans les mots ci-dessus (jaden, chaben), mais aussi 
dans les mots français suivants, qui pour le même son présente des graphies diverses : pain, 
moyen, pin, sein. 
        En créole, ce son sera représenté par la graphie "en" parce que "in" est moins fonctionnel. 
Le "en" s'obtient par nasalisation du son "è" et non par nasalisation du son "i". 
        Grâce à cette solution, la graphie "in" sera réservée au son orthographique "ine" en 
français. Le féminin de "chaben" sera "chabin". La solution de la graphie française est à 
rejeter en créole; le créole ne possède pas de "e" muet. Les solutions "inn" (chabinn) et in-n 
(chabin-n) rendent complexes l'écrit du créole. 
ATTENTION ! "en" est différent de "an". 
              Exemples : ven (vingt) # van (vent) - ten (thym) # tan (temps) 
              en + n = enn 
               Exemples : pen (pain) # penn (peine) 
                          on ren (un rein) # on renn (une reine).

2 - Le son ùi

kùit (cuire, faire cuire) - ùit (huit) - lùil (huile) - sùiv (suivre) - kùiv (cuivre) - kùis (cuisse) - kùizin (cuisine) - chùichùi (murmure que fait le manger qui cuit) - kùikùikùi (onomathopé, son qu'émettent les poussins). 
        Ce sont est particulièrement rare en créole. C'est une diphtongue, c'est à dire la 
combinaison de deux voyelles dont l'une est plus articulée que l'autre. On entend une sorte de 
"fondu", la succession "u" + "i". Cependant, dans le système phonologique choisi pour le créole, 
"u" n'existe pas. 
ATTENTION ! Ne pa confondre ùi et wi 
                Exemple : on kwi (une moitié de callebasse) 
                          on kùi (une ceinture)

3 - Le son ky

kyòk (coups de poings) - kyou (cul) - kyo (héron) - kyouyi (cueillir) - kyouyé (tuer)

Ne s'emploie jamais à la fin d'un mot

Est distinct du son "k" : kyòk (coup de poing) / kòk (coq)  -  kyou (cul) / kou (cou)

Est distinct du son "ch" : kyòk / chòk (choc)  - kyou / chou (chou=interjection pour hélerun cochon)

Bien que les sons "ky" et "k" soient distincts, souvent, ils ne s'opposent pas l'un à l'autre : kembé / kyenbé (tenir) - ké / kyé (queue). Il y a des façons différentes de prononcer un mot. Ce sont des prononciations régionales. Ces dernières ne doivent en rien, changer la graphie des mots. En effet, certains prononceront t-chok, d'autres k-y-òkk. Mais nous auront une graphie unique "kyòk".

4 - Le son gy

gyòk (alerte, vif) - gyòb (job, travail) - gyobé (travailler, avoir un job) - gyongyon (sortilège, mauvais sort)

Ne s'emploie jamais à la fin d'un mot

Est distinct du son "g" : gyobé (faire un job) / gobé(gober)

Est distinct du son "j" : gyòb (job) / jòb (cigarette JOB)

Les prononciations varient d'une région à l'autre. Ce sont des variantes régionales. Ces dernières ne doivent en rien changer la graphie des mots. Certains prononceront d-j-obè, d'autres gy-o-bè. Mais nous auront une seule graphie "gyobè". 

5 - Le son ng

konng (congre) - konngo (un congo, un nègre marron) - foumi tanbanng (catégorie de fourmi) - ting (bruit aigu produit par un métal sur un autre) - tinng (bruit métallique plus sourd)

Le son "ng" ne s'emploie jamais en début de mot.

Le son "ng", lorsqu'il est précédé d'une voyelle nasale (an, en, on) est précédé d'un  n : konng, ting (bruit métallique aigu)/tinng(bruit plus grave)

Attention : Il faut veiller à ne pas intervertir l'ordre des lettres : "gn" dans "pongné"(attraper), est différent de "ng".

6- Le son h

halé ( tirer) - ho (haut) - hanni (hennir) - hou (houx) - anhan (oui)

Ce son n'existe pas en fin de mot. 

Il existe des variantes.

h et r :  on peut dire halé ou  ralé(tirer)

h et w : on peut dire ho ou wo (haut) 

7 - Le son w

7a - On le trouve en début d'un mot :

woté (ôter) - Watè (water) - wòch (roche, pierre) - wonm (rhum) - wonma (homard, langouste) - wi (oui) - wè (oui) - wabap (onomatopé pour terminer le waka) - wouj (rouge)

Attention :

L'existence du son "w" en début d'une syllabe ou d'un mot, n'exclut pas l'existence du son "r" dans le même contexte.
Exemples : raté (râter) - rété (cohabiter,arrêter, habiter, rester) - rat (rat) - rivyè (rivière) - ranjé (ranger, arranger) - rensé (rincer).

"r" et "w" peuvent-être placés avant a, é, è, an, en.

"w" s'emploie toujours et exclusivement devant toute voyelle arrondie soit ò, o, ou, on; "w" est aussi une voyelle arrondie.

Les sons  "ou" "w" ne se confondent pas. Le mot "waté" ne peut s'écrire "ouatè"; à la lecture cela donnerait "ou atè" (tu es à terre).

7b-On le trouve en position médiane :

Gwadloup (Guadeloupe) - fwè (frère) - dwèt (doigt, droit) - bwèt (boîte) - kabwèt (charette) - machwè (machoire) - mouchwè (mouchoir, foulard madras)

Attention :

L'existence du son "w" en position médiane n'exclut pas celle de "r" en ce même contexte. Exemples : brilé (brûler, brûlé) -kryé (crier) - graté (gratter). En position médiane, "w" s'emploie exclusivement devant les voyelles arrondies (ò, o, on, ou)

Il y a des variantes régionales d'un même mot : frè (frère) - branch (branche) - bra (bras), mais il n'y a qu'une seule graphie : fwè, bwanch, bwa.

Le son "ou" ne se confond pas avec le son "w". On ne dit pas Gou-adloup, mais Gwadloup. C'est un seul et unique son "wa"
La graphie française "oi" est propre à cette langue. En français on dit : roi, toit, voix. En créole : wa (louwa), twa, vwa.

7c - On le trouve en fin de mot

tawlakataw - chawchaw

Attention : 
Le son "r" ne se place jamais en finale de syllabe ou en finale de mot.

8 - Le son y

 8a - Au début d'un mot

yoyo (yoyo) - yé (être) - yè (hier) - yenki (seulement, exclusivement)

 8b - En position médiane : 2 contextes 

                1 - Le son "y" placé entre une consonne et une voyelle 
                    Consonne + y + Voyelle : byè (bière) - fyè (fier, frugale) - pyé (pied) - pyè (pierre,roche)

                2 - Le son "y" entre 2 voyelles 
                    Voyelle + y + voyelle : mayè (marié, se marier, mariage) - payé (parier) - gouyé (bouger, remuer) -                     bayé (bailler) - kayé (capituler, cahier) - ayen (rien)

Quelques exemples : bay (donner) - sèy (seau, seuil) - fèy (feuille) - dèy (deuil) - tòtòy (enquiquiner) - mòlòkoy (tortue) 
 

Attention : 
                                    "y" et "i"

On écrira byè (bière) et non biè, car il faudrait lire "bi+è". Il ne faudra pas confondre byé (biais) et biyé (billet). 
De même tòtòy et non tòtòi (toi n'existe pas en créole).

Villa le Gommier